m u l t i p l e s

EVERY NIGHT ENDS (2018)


EVERY NIGHT ENDS

 

 

EVERY NIGHT ENDS

 

Un film de Nicolas Droin

Avec Elisa Ducret, Valentin Johner, Garance Rigoni, Samy Souiou

1h12min

2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un groupe d'amis pris dans le mouvement d'une nuit à Paris, lors de la fête de la musique. Au cours de la soirée, le groupe se forme et se déforme, dessine ses propres cercles. Puis chacun repart vers son espace, jusqu'à s'y fondre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENEDOS1.jpg

 

 

ENEDOS3b.jpg

 

 

ENEDOS2.jpg

 

 

ENEDOS4.jpg

 

 

 

 

 

 

NOTES SUR LE FILM

 

 

 

Nous nous sommes constitués comme un groupe fragile, un soir de fête de la musique. Nous nous connaissions peu, nous nous découvrions. Chacun était reparti chez lui au petit matin, et je m'étais dit que peut-être nous ne nous reverrions plus. C'est ce sentiment d'une soirée intense, simple mais fragile qui m'a donné l'idée de réaliser un film à partir de cette nuit. Le sentiment diffus de ne plus jamais se revoir s'est transformé en une idée plus fantastique. J'ai eu envie d'associer dans un film ces deux mouvements en apparence contradictoires : un réalisme "brut", proche du documentaire, avec une vision fantastique et poétique.

 

 

 

 

vlcsnap-2018-08-29-17h21m29s438.jpg

 

 

 

Une sombre mélancolie, comme la prémonition d'un terrible événement à venir, la "peur d'une catastrophe qui a déjà eu lieu", contamine lentement le film. Derrière l'insouciance et la joie d'une soirée de fête, je voulais être au plus près d'une jeunesse souvent si mal dépeinte et caricaturée au cinéma. Etre au plus près des discussions réelles lors de soirées, de ce flottement des pensées, des craintes et des désirs. De l'absence de sens ou du sentiment de solitude aussi qui parfois nous étreint, tandis que nous sommes auprès des autres.

 

 

 

 

 

vlcsnap-2018-08-29-17h21m51s485.jpg

 

 

 


Le film ayant été tourné en 2016, nous étions encore marqués par les attentats parisiens, mais également par le mouvement de la jeunesse contre la "loi travail", réprimé dans la violence par l'état et sa police. Quelque soit notre place, spectateur ou acteur, au sein des événements récents, nous nous sentions tous changés, bougés, perturbés par ceux-ci. Cette mélancolie qui plane, cette crainte que la fête s'arrête ou tourne au cauchemar est empreinte de cette sensation.

 

 

 

 

 

vlcsnap-2018-08-29-17h20m42s859.jpg

 

 

 

 

Je réalise depuis des années un cinéma personnel et "amateur" au sens de celui qui aime et qui filme/tourne lui-même avec sa caméra, ceux qu'il aime, les lieux qui le touche. 

 

 

Tourner vite, avec des proches, retrouver les sensations d'un premier film. Tourner sans scénario, sans scripte, sans obligations. Tourner dans la rue, la ville, qui s'offre à nous. Intégrer l'accident, intégrer la beauté de ce qui survient, l'éphémère. Retrouver la liberté.

 

 

 

Nicolas Droin

 

 

 

vlcsnap-2018-08-29-17h22m10s960.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 AFFICHE ENE 01.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


29/08/2018
0 Poster un commentaire